Rencontre avec le vitrail, mon parcours

Un matin de septembre, comme une invitation du ciel, je retrouvais mon père. "Tu seras mon fils, verrier ou tailleur d'étoffes", me dit-il d'un ton solennel.
J'avais quinze ans, je choisis l'art du feu. Par le vitrail, je me sentis au coeurs du monde. J'appris à défricher les arbres de lumières et devins compagnon au chevet d'une centraine d'églises, lieux de silence, d'ascèse, d'obéissance. Maître des Essarts, j'ai réparé les abbayes de la vallée de Seine et du Mont-Saint-Michel. j'ai soigné les verrières de Notre-Dame, et de mes mains est née la rose de Saint Vulfran. Ce matin-là, je dus inventer et créer. Je compris qu'en éclatant la matières par le geste j'allais trouver la révélation des verres mosaïques.

Dans les couleurs de Saturne, j'ai superposé les verres colorés, épais et lourds. De ces couches tranparentes ou teintées, j'ai changé la lumières. J'ai trouvé le passage vers le ciel pour réinventer les astres. Le plombs alchimique, le verre fusé, le verre pressé, les tesselles colorées sont devenus sculptures.
Dans un rêve cosmique, j'ai retracé les âges de ma vie : une renaissance, un testament par le noire, le blanc, le bleu, le jaune et le rouge.
J'ai rêvé les couleurs..
photo_profil.jpg